Bienvenue sur le Forum officiel de l'AFE. Le Forum est en accès libre en consultation et est ouvert aux adhérents pour les interventions.
Pour plus d'informations ou pour adhérer, visitez le site de l'association : http://www.france-ekbom.fr/
N.B: le forum est un espace d'échange et de partage d'informations médicales, mais qu'il n'a pas vocation à remplacer la consultation et la prescription du médecin.

Souffrance physique et pensée positive

grace_7913
Réponses : 3
Inscription : lun. mai 14, 2018 7:42 am

Souffrance physique et pensée positive

Message par grace_7913 » mar. mai 15, 2018 7:46 am

Bonjour à tous,
je viens de vous rejoindre, en qualité de membre et j'ai des tas de questions bien sûr mais aujourd'hui, j'ai plus envie de partager une pensée avec vous, une pensée qui me gagne, chaque jour un peu plus et qui me donne la force de résister à la souffrance... Voici...

Je souffre du sjsr depuis l'enfance... au fil des ans, mon état n'a fait que s'aggraver, sûrement, en partie à cause des traitements que l'on m'a donnés. Nous connaissons les terribles effets secondaires des remèdes que l'on nous propose. Nous savons que dans la durée, ils aggravent notre état. Je suis un cas sévère, je ne travaille plus depuis 10 ans, j'ai un traitement de cheval mais ... mon mental tente de résister à la souffrance, à l'isolement. Je continue de donner de moi aux autres autant qu'il m'est permis de le faire, je me raccroche aux bons moments et je m'assois sur eux, autant de fois qu'il est nécessaire pour avoir de l'énergie... l'idée n'est pas de moi mais de Montaigne. Je tente aussi de suivre la pensée de Voltaire.. "J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour ma santé"... il y a tant d'autres penseurs, auteurs ou tout simplement personnes que nous connaissons qui suivent ces préceptes... la souffrance physique devient mentale et parce que l'on souffre mentalement, nous souffrons physiquement... c'est banal mais tellement difficile d'en sortir... j'essaie de m'en donner les moyens de toutes mes forces pour rester dans le positif et ne pas être ensevelie d'ondes négatives...Voici un texte qui illustre de façon encore plus profonde tout ce que je viens de vous exprimer et que j'ai envie de partager avec vous, aujourd'hui... Amitiés...

LE CORPS DE SOUFFRANCE.

"Tant que vous êtes incapables d'accéder au pouvoir de l'instant présent, chaque souffrance émotionnelle que vous éprouvez laisse derrière elle un résidu. Celui-ci fusionne avec la douleur du passé, qui était déjà là, et se loge dans votre mental et votre corps. Bien sûr, cette souffrance comprend celle que vous avez éprouvée enfant, causée par l'inconscience du monde dans lequel vous êtes né.
Cette souffrance accumulée est un champ d'énergie négative qui habite votre corps et votre mental. Si vous la considérez comme une entité invisible à part entière, vous n'êtes pas loin de la vérité. Il s'agit du corps de souffrance émotionnel. Il y a deux modes d'être : latent et actif. Un corps de souffrance peut être latent 90 % du temps. Chez une personne profondément malheureuse, cependant, il peut être actif tout le temps. Certaines personnes vivent presque entièrement dans leur corps de souffrance, tandis que d'autres ne le ressentent que dans certaines situations, par exemple dans les relations intimes ou les situations rappelant une perte ou un abandon survenus dans leur passé, au moment d'une blessure physique ou émotionnelle. N'importe quoi peut servir de déclencheur, surtout ce qui écho à un scénario douloureux de votre passé. Lorsque le corps de souffrance est prêt à sortir de son état latent, une simple pensée ou une remarque innocente d'un proche peuvent l'activer. Le corps de souffrance ne désire pas que vous l'observiez directement parce qu'ainsi vous le voyez tel qu'il est. En fait, dès que vous ressentez son champ énergétique et que vous lui accordez votre attention, l'identification est rompue. Et une dimension supérieure de la conscience entre en jeu. Je l'appelle la présence. Vous êtes dorénavant le témoin du corps de souffrance. Cela signifie qu'il ne peut plus vous utiliser en se faisant passer pour vous et qu'il ne peut plus se régénérer à travers vous. Vous avez découvert votre propre force intérieure. Vous avez accédé au pouvoir de l'instant présent."

Eckhart Tolle.

véronique_7626
Réponses : 5
Inscription : dim. juil. 30, 2017 7:42 am
Localisation : Laval et Versailles

Re: Souffrance physique et pensée positive

Message par véronique_7626 » jeu. mai 24, 2018 7:20 pm

Bonjour Grâce,
Quel joli prénom ! et quelle belle apparition sur ce Forum.
J'adhère à votre important témoignage car il intervient pour aider tous les malades à reconsidérer leur vie.
Je me retrouve complètement dans le récit de votre enfance "empreinte de souffrances" et le chemin qui nous a menées l'une comme l'autre, jusqu'à aujourd'hui, enrichi de ces expériences diverses, de lutte contre la souffrance physique, la différence, la solitude....
Je vous dis cela parce que, outre la maladie de Willis Ekbom déclarée à l'âge de 35 ans, j'ai eu un grave accident à l'âge de 10 mois dont je suis sortie indemne par la force du Saint-Esprit (et je ne plaisante pas), subissant de graves brûlures au 3ème degré au visage et à la main, me plongeant dans un comas dont je suis sortie quelques temps plus tard... J'ai subi des soins intensifs (greffes de peau il y a 57 ans ... peau prélevée sur moi-même d'où de multiples séquelles cicatricielles.. bref...je ne m'étendrais pas sur le sujet). Grâce à mes adorables parents et à leur force personnelle j'ai vécu et vaincu ce corps de souffrance comme je le pouvais, mais je veux reprendre votre philosophie qui nous rappelle que nous avons le pouvoir sur notre propre esprit et sur notre propre organisme et ce, à l'instant présent.
Prendre conscience de l'instant présent et le percevoir comme un cadeau de l'instant, une oeuvre de la Vie, la Vie dont on est son propre acteur, est un pouvoir extraordinaire qui abolit bien des souffrances, pensées négatives, et évite de gâcher des moments particuliers, qui peuvent être simples, intenses ou extraordinaires. SE LAISSER SURPRENDRE PAR CE QUE NOUS PROPOSE L'UNIVERS...ET VOUS VERREZ LES BELLES SURPRISES QUI VOUS ATTENDENT !
Aujourd'hui j'ai perdu mon travail pour Incapacité Physique à mon poste de travail mais je compte bien utiliser le reste de ma Vie à "croquer" tout ce que je suis en mesure d'appréhender, à être très créative, à être très présente pour les gens que j'aime et les autres aussi que je ne connais pas.
En conclusion, la maladie et mon parcours de vie semé d'embûches m'ont ouvert l'esprit sur l'ESSENTIEL, et croyez-moi il n'est pas là où on le pense....
Servons-nous de nos souffrances pour mieux peser dans sa propre Vie et la vie des autres.
Merci à Grâce pour cette intervention très intéressante qui nous ouvre le Coeur...
A bientôt,
Véronique.

grace_7913
Réponses : 3
Inscription : lun. mai 14, 2018 7:42 am

Re: Souffrance physique et pensée positive

Message par grace_7913 » dim. mai 27, 2018 4:21 pm

véronique_7626 a écrit:
> Bonjour Grâce,
> Quel joli prénom ! et quelle belle apparition sur ce Forum.
> J'adhère à votre important témoignage car il intervient pour aider tous les
> malades à reconsidérer leur vie.
> Je me retrouve complètement dans le récit de votre enfance "empreinte
> de souffrances" et le chemin qui nous a menées l'une comme l'autre,
> jusqu'à aujourd'hui, enrichi de ces expériences diverses, de lutte contre
> la souffrance physique, la différence, la solitude....
> Je vous dis cela parce que, outre la maladie de Willis Ekbom déclarée à
> l'âge de 35 ans, j'ai eu un grave accident à l'âge de 10 mois dont je suis
> sortie indemne par la force du Saint-Esprit (et je ne plaisante pas),
> subissant de graves brûlures au 3ème degré au visage et à la main, me
> plongeant dans un comas dont je suis sortie quelques temps plus tard...
> J'ai subi des soins intensifs (greffes de peau il y a 57 ans ... peau
> prélevée sur moi-même d'où de multiples séquelles cicatricielles..
> bref...je ne m'étendrais pas sur le sujet). Grâce à mes adorables parents
> et à leur force personnelle j'ai vécu et vaincu ce corps de souffrance
> comme je le pouvais, mais je veux reprendre votre philosophie qui nous
> rappelle que nous avons le pouvoir sur notre propre esprit et sur notre
> propre organisme et ce, à l'instant présent.
> Prendre conscience de l'instant présent et le percevoir comme un cadeau de
> l'instant, une oeuvre de la Vie, la Vie dont on est son propre acteur, est
> un pouvoir extraordinaire qui abolit bien des souffrances, pensées
> négatives, et évite de gâcher des moments particuliers, qui peuvent être
> simples, intenses ou extraordinaires. SE LAISSER SURPRENDRE PAR CE QUE NOUS
> PROPOSE L'UNIVERS...ET VOUS VERREZ LES BELLES SURPRISES QUI VOUS ATTENDENT
> !
> Aujourd'hui j'ai perdu mon travail pour Incapacité Physique à mon poste de
> travail mais je compte bien utiliser le reste de ma Vie à
> "croquer" tout ce que je suis en mesure d'appréhender, à être
> très créative, à être très présente pour les gens que j'aime et les autres
> aussi que je ne connais pas.
> En conclusion, la maladie et mon parcours de vie semé d'embûches m'ont
> ouvert l'esprit sur l'ESSENTIEL, et croyez-moi il n'est pas là où on le
> pense....
> Servons-nous de nos souffrances pour mieux peser dans sa propre Vie et la
> vie des autres.
> Merci à Grâce pour cette intervention très intéressante qui nous ouvre le
> Coeur...
> A bientôt,
> Véronique.

MERCI Véronique pour votre témoignage qui m'a beaucoup touchée... déjà parce qu'il fait écho en moi et complète ce sentiment que la force de notre esprit est toute puissante si on a décidé de vivre mieux mais aussi pour sa sincérité, sa vérité...
On ne triche pas quand on a eu un parcours de vie similaire au nôtre. Soit on sombre (et durant une période j'ai sombré...) soit on tente de s'élever vers la lumière...
Un exemple d'"élévation". J'ai toujours eu peur de partir en vacances à plusieurs, de peur de ralentir les autres ou de les délaisser ou encore d'être incomprise ou mal jugée.
J'habite Nice et je suis partie la semaine dernière avec deux amies dans le Haut-Var, l'une des très belles régions de France. J'aime ces petits villages provençaux, avec ses places verdoyantes, ses petits cafés sous les platanes et ses fontaines, ses petites rues étroites et maisons en pierre ornées de plantes vertes et fleuries. En résumé, j'avais envie de me retrouver dans cet univers mais j'avais peur de ne pouvoir suivre mes amies, dans tous leurs déplacements. Une fois sur place, je ne me suis plus posée la question. Je les ai suivies et même conduites J'ai vécu l'instant présent et, j'ai tellement profité chaque jour de ces décors chers à mon coeur que j'en ai oublié ma douleur tout en diminuant mes doses de médicaments. Encore une belle surprise pour moi que je ne manquerai pas de renouveler.
Se faire plaisir est une voie à suivre pour nous. Elle est à renouveler sans cesse. C'est le cas de tous mais pour nous y parvenir est plus difficile à cause de notre souffrance. Faisons-lui un pied de nez quand cela nous est possible et VIVONS... encore plus INTENSEMENT grâce à elle...
Amitiés
Grace